Certificat cadeau

Ouvert
7 jours

Nous sommes présentement ouverts
50px

Ostéopathie 

50px

Le terme ostéopathie vient de :

• ostéo (du grec osteon = os)

• pathie (du grec pathos = souffrance, changement accidentel)

C’est depuis la lésion de l’os, que A.T. Still à commencé par poser les bases de l’ostéopathie et dé-
crire un ensemble de dysfonc-
tions conduisant à un problème fonctionnel, puis organique par adaptation et, successivement, une compensation dans le temps.

L’ostéopathe n’utilise que ses mains afin de percevoir tensions et déséquilibres du corps dans son entier. Il pratique une thé-
rapie curative ET préventive en s’appuyant sur une connaissance approfondie de l’anatomie et de la physiologie et sur le principe : «L’humain est un tout».

Science ancestrale, l’Ostéopathie fut structurée au 19ème siècle aux États-Unis, par Andrews Taylor STILL (1828–1917). Pre-
mier médecin à comprendre les interrelations entre le système musculo-squelettique et les autres systèmes organiques d’une part; entre la mobilité et l’équilibre fonctionnel de l’ens-
emble du corps humain et l’état de santé d’autre part.

En 1874, il rompt avec la méde-
cine traditionnelle de son épo-
que, puise dans la médecine gre-
cque, égyptienne, indienne et se rend compte que l’équilibre de la santé passe par l’équilibre du squelette.

Ayant compris que la charpente osseuse est garante de l’har-
monie des systèmes nerveux, musculaires et circulatoires, il formule le postulat suivant : “la structure gouverne la fonction”. Ce fut, à l’époque, une révolution dans la manière d’aborder la santé.

A.T. STILL émit l’hypothèse que le vaste tissu de soutien du corps appelé “fascia”, véritable “toile d’araignée” reliant tous les élé-
ments du corps humain (os, arti-
culations, viscères, glandes endo-
criniennes, vaisseaux, nerfs), pou-
vait être le tissu le plus impor-
tant et se trouver, par des restri-
ctions de sa micro-mobilité, à l’origine de troubles fonctionnels perturbant l’état de santé. La mobilité du système musculo-squelettique et des différents tissus du corps fut donc identi-
fiée comme l’élément clé de la Santé de l’Homme.

C’est sur ce concept que STILL
a fondé la première école d’Os-
téopathie dans le monde soit
 “The American School of Osteopathy” en 1892.

Pour valider des études diff-
érentes des études médicales allopathiques, il créa le “D.O. Degree”, diplôme différent de celui de M.D. (Medical Doctor).

En 1900, un de ses disciples, William G. SUTHERLAND
(1872-1954), diplômé de la première école américaine d’Ostéopathie, découvre l’Ostéopathie crânienne; en désossant des crânes humains,
il valide son intuition : l’emboîtement des os, leurs structures, leurs articulations entre eux favorisent la malléabilité du crâne.

POUR QUI ?

Conseillée pour le suivi de grossesse, du nourrisson aux aînés, du sportif professionnel aux plus sédentaires, l’ostéo-
pathie vous mène vers l’équilibre.

MÉTHODOLOGIE

L’ostéopathie est une méthode fondée et reconnue qui repose sur l’intégrité de la structure et de la fonction du corps.

La démarche ostéopathique n’est pas l’application de protocoles préétablis. Un bon ostéopathe effectue une évaluation de chaque patient pour déterminer la marcher à suivre la mieux adaptée. C’est la raison pour laquelle une grande partie de la consultation est consacrée au questionnement et à l’examen physique du client.

Ne soyez pas étonné si votre praticien vous pose des questions qui vous semblent éloignées de votre problème, ou s’il va regarder, toucher, mobiliser des régions de votre corps qui ne vous font pas mal.

Pour comprendre votre trouble fonctionnel et le relier aux structures en dysfonctionnement, l’ostéopathe a besoin de faire :

  • Une évaluation palpatoire pour analyser les mouvements de vos articulations, la souplesse de vos tissu, etc.

  • Une évaluation étiopathique, qui consiste à relier vos symptômes et les restrictions de mobilité qu’il a mis en évidence, afin de déterminer la cause de votre problème.

  • Une évaluation d’exclusion pour mettre en évidence d’éventuelles pathologies organiques qui nécessitent alors en priorité, une intervention médicale ou chirurgicale

 

50px